Décompte et des comptes

– 1 –

J’ai réalisé les derniers contrôles. Rien à signaler. C’est bon pour moi.

Le livre va donc être déposé sur « lulu.com » cette nuit et bénéficiera des services de cette entreprise. Il s’agit pour moi du risque financier le moins important ou le plus avantageux puisqu’il ne me contraint qu’à l’achat d’un exemplaire au prix boutique. Je vous dirai tout demain. J’essaierai de faire un évènement FB autour de cela. Merci de votre patience et de votre soutien à venir.

– 2 –

30 mars,

Plus qu’un jour courage !! Finir la mise en page … Pagination. Le format PDF est propre sur Acrobat. Bon, je serais presque à dire R.A.S.. L’aspect global du livre semble porter une note professionnelle qui me plait bien.

J’ai au final et après moult cogitations, scindé deux paragraphes. Le livre comporte donc un prologue, 53 chapitres et un épilogue. Devant, vous retrouvez la page de copyright, la page de titre, la page de citation (une citation du colonel Kurtz  – Marlon Brando – Apocalypse Now). En toute fin de livre, vous pourrez lire les remerciements, une page concernant l’auteur et un symbole. Le livre fait donc, version définitive, 556 pages.

Marlon_Brando_as_Col._Kurtz_(5390357854)

Je me réserve demain vendredi pour éliminer les scories encore présentes s’ils y en existent. J’ai bon espoir de ne pas en dénicher plus de deux. Ce seront toujours deux défauts de trop, mais les mots sont trop nombreux pour 24 heures.

– 3 –

29 mars,

J’attaque entre deux vagues relectures strabiques, le contrôle de la mise en page et Paf ! Je me retrouve confronté à un problème important, la pagination. Tous les livres présentent une pagination particulière qui commence au premier paragraphe pour se terminer au dernier mot du dernier paragraphe. Bibi va devoir trouver la perle rare, le gars généreux qui a laissé un document génial à l’attention des nuls. J’ai donc à cette minute une pensée pour monsieur Jean-Yves Lucca. Il m’a permis de résoudre une partie du problème. Demain, je me penche sur la deuxième partie du problème, rendre invisible la numérotation des dernières pages.

J’ai fait migrer la page des « copyright » sur une page paire. Après vérification, c’est sur une page paire qu’elle doit se trouver. Je n’ai pas de mérite, c’est facile, ça.

Je suis tombé aussi sur des petits défauts récurrents. Ils trainent comme des poussières dans l’œil, ça fait mal.  Je fais donc la guerre à la poussière. Il s’agit des espaces insécables qui ne semblent pas si insécables que cela. Si dans la plupart des cas, cela ne se voit pas, parfois, je suis confronté à des curiosités : des fins de guillemets à la ligne par exemple. Bof ! J’impute l’apparition de ces petits défauts à l’utilisation de deux logiciels de traitement de texte différents au cours des 24 précédents mois, un mariage houleux.

_MOB1742.jpg

J’ai enfin finalisé la page concernant l’auteur, une courte présentation simple et sobre. J’y ai ajouté un clin d’œil ci-dessus. Ne me demandez pas pourquoi je le fais, je vous répondrai que je n’en sais rien. Le plaisir, toujours le plaisir… Et le symbole.

– 4 –

28 mars,

Cette avant (?) dernière relecture est terminée. Une autre faute : un L majuscule après une virgule. Je crains d’en trouver d’autres et je ne suis qu’en mode « Scan ». Bon, on verra demain.

La page des « copyright » est faite. pour quatre ou cinq petites lignes, police 10, pas de quoi ouvrir un chantier, mais c’est important. Je crois n’avoir rien oublié. Je ne suis pas un pro ! moi, mais elle est quand même belle, l’aventura.

Capture5.JPG

Ah! J’ai lu de nouveau complétement les trente dernières pages voix haute. On en chialerait. Franchement, pourquoi ils n’ont pas aimé ? Boh, vive l’indépendance ! Ce sont les gens libres qui gagnent à la fin du film.

Une dernière chose et je vais dormir. J’ai pris un bouquin de Dôblin. C’est bourré de figures de style. J’adore. bon, je dis ça, je ne dis rien. Ah, oui ! c’est Dôblin. Respect.

 

– 5 –

27 mars,

Énième relecture. Peut-être suis-je à cent ? La chasse aux fautes : une pour le moment dans les 200 premières pages, un ou  qui n’est qu’un « ou bien » et non pas un « Où allons-nous ». Celui-là, je l’ai eu.

J’ai fait encore quelques reprises. Rien de mirobolant. Des blocs de mots qui bougent dans une phrase. Des virgules qui sautent. Des points qui se posent. C’est très léger, juste une affaire de musique.

Le numéro ISBN est acquis. Facile, finalement. Pierre a fait un travail remarquable. J’adore la couverture. Je crois que j’en ferai un tirage fine-art sur papier Hahnemuhle « Torchon » un de ces quatre !

Capture4

Je dois réfléchir à la page des Copyright. C’est bien, j’ai une page impaire vierge. Presque un hasard. On verra demain. Pour le reste, je suis plutôt pas mal, en tout cas, pas en retard. Vivement demain, objectif premier avril.

Michel

Carnoules, en semaine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s